Trucs et astuces pour la plantation d’arbres

 

ÉTAPE 1. LE CHOIX DU LIEU DE PLANTATION

Afin de réaliser un aménagement paysager esthétique et sécuritaire, le choix de l’emplacement d’un arbre doit considérer les infrastructures, les activités et les éléments naturels environnants. Une plantation bien réfléchie permettra le développement végétal optimal et des bienfaits des arbres plus durables.

Voici donc quelques-uns des facteurs à envisager avant de fixer votre choix.

A.       Ensoleillement et protection des vents dominants

Préconisez la plantation de feuillus du côté est, ouest et sud d’une maison pour rafraichir le bâtiment l’été et laisser pénétrer la lumière durant les mois plus sombres.

Une allée de conifères placée du côté nord de la maison ou sur la face la plus exposée aux vents réduira votre facture de chauffage en servant de brise-vent.

B.       Aménagement et densité de population arbustive actuelle

Selon le type d’aménagement désiré, un arbre peut être planté de façon isolée, en cohabitation ou en bosquet. Prévoyez toujours la taille et la forme future de l’arbre dans 20 ou 30 ans.

C.       Infrastructures à proximité

La grande majorité des racines se situe à une profondeur de seulement 10 ou 15 centimètres pour capter l’eau, les sels minéraux et également combler leur besoin en oxygène. Par contre, il faut éviter que les branches viennent à toucher les câbles aériens ou que les racines risquent d’endommager des infrastructures. La Ville de Beloeil a émis des restrictions applicables à certaines essences d’arbres en raison de leur tendance à envahir l’espace.

Les essences d’arbres suivantes ne peuvent être plantées en deçà de 7,50 mètres de toute ligne de rue et de 10 mètres de toute conduite (publique ou privée) d’aqueduc ou d’égout, et de tout bâtiment principal :

  • Saule à feuilles de laurier (Salix alba pentandra);
  • Saule pleureur (Salix alba tristis);
  • Peuplier blanc (Populus alba);
  • Peuplier du Canada (Populus deltoïde);
  • Peuplier de Lombardie (Populus nigra);
  • Peuplier faux tremble (Populus tremuloide);
  • Érable argenté (Acer saccharinum);
  • Peuplier de Caroline (Populus xcanadensis);
  • Érable giguère (Acer negundo);
  • Orme américain (Ulmus américana);
  • Frêne.

 

DANGER ! On ne doit JAMAIS s’approcher ou approcher quoi que ce soit à moins de 3 mètres d’un fil moyenne tension.

 

ÉTAPE 2. SÉLECTION DES BONNES ESPÈCES

Favorisez une bonne diversité de végétaux afin d’assurer une meilleure résilience des aménagements face aux différences menaces écologiques possibles et futures.

De plus, priorisez les espèces qui s’adaptent bien aux conditions urbaines et qui résistent aux conditions locales (luminosité, humidité, pH du sol, vent, neige, sels de déglaçage, pollution,  maladies, etc.) en choisissant une essence avec un indice de rusticité égal ou inférieur à 5b.

ÉVITEZ les espèces envahissantes afin de protéger la pérennité de la biodiversité. Voici une liste d’espèce à éviter, de par leur tendance à envahir les milieux :

  • Érable de Norvège (Acer platanoides)
  • Aulne noir ou glutineux (Alnus glutinosa)
  • Nerprun commun ou cathartique (Rhamnus cathartica)
  • Les arbres sujets aux maladies.

 

ÉTAPE 3. LE MOMENT IDÉAL POUR PLANTER

N’importe quel moment de l’année est bon pour planter un arbre, dans la mesure où le sol est dégelé. Il est préférable de choisir une journée nuageuse et fraîche pour ainsi diminuer la transpiration d’eau par les feuilles. Également, il faut tenir la terre bien arrosée et couvrir la base de paillis pour les deux premières années.

ÉTAPE 4. LES ÉTAPES DE LA PLANTATION

A) Préparer le trou de plantation

Pour les arbres plantés en pot, le trou de plantation peut faire 3 à 4 fois le volume du pot ou 2 fois le volume de la motte. S’assurer que la profondeur du trou soit appropriée pour que le collet du tronc de l’arbre se retrouve au niveau du sol, et non enterrée. La terre doit être riche en matières organiques, ajoutez-y du compost ou du terreau en mélangeant avec beaucoup d’eau jusqu’à consistance liquide afin d’éviter la formation de poches d’air autour des racines.

B) Éviter de stresser les arbres

Attention au vent lors du déplacement après l’achat de votre arbre. Et pour la plantation d’un spécimen en pot, il ne faut pas défaire la motte, surtout si l’arbre n’est pas en période de dormance. Si les racines sont spiralées dans le pot, pratiquer des incisions de 2 à 5 centimètres à 4 ou 5 endroits autour de la motte pour que les nouvelles racines prennent une direction différente. Étalez les racines et orientez la racine la plus longue du côté des vents dominants. Ceci sécurisera davantage l’arbre pour contrer les bourrasques plus violentes. Enlevez ou déplacez les racines des arbres voisins, lorsque possible.

C) Planter soigneusement

S’assurer que l’arbre est bien positionné verticalement et accompagnez-le d’un tuteur si besoin. Coupez les branches mortes, malades, brisées ou qui s’entrecroisent.

Faire un bourrelet de terre autour du tronc d’arbre d’une épaisseur de 8 à 15 centimètres avec la terre. Le diamètre de la cuvette est égal à celui de la motte. Vous pouvez remplir avec du paillis et arrosez-le. Évitez sa dispersion tout en vous assurant de libérer le tronc entre 10 et 15 centimètres pour ne pas qu’il soit en contact avec l’humidité.

ÉTAPE 5. ENTRETIEN

A) Arrosage

Les deux premières années suivant la plantation d’un arbre ou arbuste sont les plus importantes; c’est à ce moment que le réseau racinaire se déploie. Mieux vaut arroser lentement, mais longtemps à l’intérieur de la cuvette formée lors de la plantation (environ 10 à 15 litres).

B) Fertilisation

Il n’est pas nécessaire de fertiliser les arbres et les arbustes suite à la plantation, à moins que ceux-ci aient subi des dommages ou qu’ils présentent des signes de faiblesses.

Une application de fumier ou de compost peut être faite toutes les trois à cinq ans. Les feuilles mortes ou du paillis de bois moulu fin apportent également d’excellents nutriments.

C) Protection

Il est primordial de protéger votre jeune arbres notamment des tondeuses et des coupe-bordures, puisque la partie vivante d’un arbre est en périphérie du tronc.

D) Paillis

En déposer une quantité de 8 à 15 centimètres d’épaisseur avec un rayon dégagé de 15 centimètres autour du tronc. Au besoin, ajoutez un peu de paillis chaque printemps (5 à 7,5 cm). *Du paillis gratuit est disponible à l’écocentre de la Ville de Beloeil. Renseignez-vous!

E) Technique d’élagage

Lors de la plantation, la taille des végétaux se fait seulement sur les branches mortes, malades, brisées et gênantes. S’il y a une branche gênante, il est conseillé de la couper idéalement au printemps avant que les feuilles se déploient, ou en automne lorsqu’elles sont tombées.

La meilleure façon d’élaguer est de couper en gardant le collet de la branche, soit un petit renflement à la jonction de la branche et du tronc. Si la coupe est trop courte, elle nuira à la cicatrisation.

 

*Consultez également la Politique de l’arbre de la Ville de Beloeil.

SUBVENTIONS

La Ville de Beloeil offre à ses citoyens diverses subventions pour encourager la plantation d’arbres sur le territoire et verdir notre belle ville. Pour tous les détails, visitez le beloeil.ca/subvention.

Besoin d’information supplémentaire? Contactez l’équipe en environnement au 450 467-2835, poste 2236 ou environnement@beloeil.ca.

 

© 2018 Ville de Beloeil - Tous droits réservés | Conditions d’utilisation Votre agence web