Vendredi 24 mai 18 h : coupure d'eau sur les rues Duvernay et Brébeuf en raison d'un bris d'aqueduc

Vers une ville plus verte : Beloeil modifie sa réglementation pour cultiver la biodiversité en milieu urbain

La Ville de Beloeil a annoncé au cours des derniers jours qu’elle procédera sous peu à une modification réglementaire afin d’encourager les citoyens à adopter une approche écologique pour entretenir leurs espaces verts en zone urbaine, dans le but de favoriser la création d’ilots de biodiversité et d’enrichir la diversité écologique locale ainsi que la résilience des espaces verts.

« Il importe de comprendre que cette orientation ne signifie pas qu’il faut négliger l’entretien de son terrain ou laisser proliférer les plantes envahissantes. Les bénéfices écologiques des ilots de biodiversité sont nombreux, et bien que cette approche ne convienne pas à tous, nous espérons qu’un grand nombre de citoyens s’y intéresseront, ayant ainsi un impact positif sur de multiples aspects environnementaux sur notre territoire », souligne Madame Nadine Viau, mairesse de la Ville de Beloeil.

Dans cette optique, la modification réglementaire permettra de laisser l’herbe de sa pelouse dépasser 20 cm, permettant la création d’îlots de biodiversité sur les terrains résidentiels, tout en obligeant une zone de propreté de 2 mètres entre chaque voisin.

L’objectif est de favoriser la biodiversité en laissant pousser une herbe plus haute et en permettant aux fleurs sauvages de s’épanouir, tout en réduisant les interventions comme la fertilisation, la tonte et le désherbage, sans pour autant négliger son terrain. Cette approche contribue à de nombreux services écologiques à l’échelle de la ville, comme la réduction des îlots de chaleur et l’augmentation des ressources alimentaires pour les oiseaux et les insectes.

Un pas de plus pour l’environnement à Beloeil
Rappelons que la Ville de Beloeil a déjà procédé à plusieurs actions concrètes au cours de la dernière année afin de protéger l’environnement de son territoire, notamment :

  • Encadrement supplémentaire de l’utilisation des pesticides à des fins esthétiques;
  • Renforcement de la protection du patrimoine arboricole, obligeant les propriétaires à obtenir un permis pour l’abattage d’arbres en cour avant, latérale ou arrière, et sous certaines conditions seulement;
  • Création d’aménagements biophiles dans certains parcs et espaces verts.

Ces multiples mesures permettent la rencontre de plusieurs objectifs, dont l’amélioration de notre résilience aux enjeux climatiques, l’optimisation de la gestion de l’eau en réduisant le ruissellement, la mise en valeur des espèces indigènes, et l’augmentation de la biodiversité pour notamment offrir des sites aux pollinisateurs et développer des habitats pour la petite faune et les oiseaux.