Parcelles d’histoire, parcelles de soi

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur print

La bibliothèque municipale et la maison de la culture Villebon se sont associées pour offrir une vitrine aux adultes de 55 ans et plus en les invitant à participer à un projet photographique à la fois historique et personnel. Voici donc une exposition de panneaux extérieurs et un circuit Balado Découverte audio et visuel. Vous pouvez la visiter jusqu’au 24 octobre 2021 au parc des Patriotes (777, rue Laurier) et devant la maison de la culture Villebon (630, rue Richelieu)

À travers plusieurs photographies d’époque, plusieurs participants ont été guidés pour choisir et reproduire une photographie, mais en la superposant avec un cliché du paysage d’aujourd’hui. Ils ont été accompagnés sur le terrain par la photographe mentor Dominique Pepin. Plusieurs photos actuelles ont également été prises gracieusement par des photographes amateurs ou professionnels de la région.

À ces photos-montages ont été associés des anecdotes de vie, des souvenirs, ainsi que des extraits d’archives. Il en résulte des parcelles d’histoires personnelles et collectives racontant le Beloeil d’avant.

Rendez-vous sur la plateforme de Balado découverte en cliquant ici!

Merci à tous les participants :
Yolande Beaudry, Andre Bérubé, Manon Charron, François Gauthier, Denis Gravel, France Hébert, Josée Larivière, Gabriel Lauzon, Carole Lavallée, Dominique Pépin, Micheline Potvin, Marc Robillard et Jeannine Williams.

J’ai une anecdote à vous raconter à propos du pont des chars de Beloeil, qui est un pont historique.


Je suis arrivée à Beloeil en 1959. J’avais 23 ans, deux enfants et un autre en route. J’habitais un bungalow et...

Native et Montréalaise jusqu'en 1987, je suis déménagée à Beloeil avec mon mari et mes 2 filles. Pour nous, c'était la campagne avec toutes ces maisons éloignées les unes des autres.

Au début de l’année 1966, le Centre culturel de Beloeil était en construction et la Ville souhaitait avoir une troupe de théâtre...

Dans les années 60-70, on se souvient que de plus en plus de femmes sont entrées sur le marché du travail et le besoin de services de garde pour les enfants est devenu essentiel.

Dans les années 40, un théâtre fut bâti sur le boulevard Laurier à Beloeil. En fait, c’était un cinéma malgré l’appellation théâtre. Mais pourquoi?

Le garage Hubert -Normand a été le garage de mon père, Normand Charron, de 1958 à 1998. Mon frère a repris le garage depuis 1998.

Ceci est un hommage à mon grand-père et à mon père. Mon grand-père Alexandre Hébert et sa femme ont acheté une terre à Beloeil en 1916.

Notre maison natale, qui porte aujourd’hui le nom de maison Étienne-Guertin, fut construite par l’aïeul Étienne Guertin et transmise à quatre générations de Guertin.

La croix de chemin Williams est la dernière de Beloeil. C’est pour cette raison qu’on a été très soucieux de garder ce souvenir de cette époque...

En 1941, après son inauguration, ce pont a été payant. J’ai tenté de savoir pour combien de temps auprès de ma tante et marraine, maintenant âgée de 93 ans, mais elle ne s’en souvient pas.

Cette maison a été construite en 1834. C’est le cordonnier Louis Lahaise et son épouse, Lucie Vallières, qui l’ont occupée...

Je vais vous parler du bâtiment situé au 940 rue Richelieu, qui date de plus de 200 ans, et qui a été ma résidence de 1950 à 1975.

Lorsque j’avais environ 8 ans, ce bâtiment appartenant à monsieur Désautels, abritait un restaurant et salle de billard.

C’est en 1844, qu’Alphonse-Montigüe Dumont fait construire cette maison. À son décès, il la cède à son neveu Charles-Henry Vilbon.

En 1898, le bâtiment à droite sur la photo est acquis par le marchand Joseph Pigeon. Sa famille a continué de l’exploiter...

Toute sa vie, Arsène Burelle a été garagiste, mécanicien et sous-concessionnaire automobile à Belœil.

La maison Joseph-Daigle a été la résidence de trois personnages qui ont marqué l’histoire de Belœil : Jean-Baptiste Brousseau, Joseph Daigle et Fabien Brodeur.

C’est en 1960 que sont construites les Galeries Montenach. À l’époque, il y avait, entre autres...

La rue Laurier a accueilli de nombreux commerces dès sa création en 1843 : boulangerie, épicerie, forge et boutique de modiste.

L’hôtel de ville de Belœil a été construit en 1949, durant le mandat du maire Arthur Dupré.

C’est en 1900 que les Frères Maristes furent appelés à fonder une école primaire dans une maison à un étage qu’on appelait l’Étable de Bethléem!

La marina de Beloeil est installée depuis 1945 sur la rivière Richelieu. Située le long de l'historique rivière Richelieu...

Le Vieux-Moulin n’a fait office de moulin que brièvement. À peine un an après sa construction, une explosion de la chaudière...

En 1972, à l’occasion du 200e anniversaire de la Paroisse, on procède à des réparations de l’église...

Le presbytère fut érigé en 1827 dans le style néoclassique. Il fut pendant un certain temps, la résidence de Eulalie Durocher...

Le cimetière de la paroisse Saint-Matthieu-de-Belœil existe depuis les origines de la paroisse en 1772.

Cette maison ancestrale aurait été construite pour servir de résidence pour le bedeau ou sacristain...

Les origines de la paroisse Saint-Matthieu-de-Belœil remontent au 29 septembre 1768.

Le boulevard Laurier fut construit en 1936 et cette route de béton constituait une partie de la route provinciale qui reliait Montréal et Saint-Hyacinthe.

Le Petit Rapide est probablement le seul parc de Beloeil à avoir eu toute une histoire avant de devenir un parc.

Dès le début, l’école portait le nom d’École polyvalente Belœil, mais rapidement, elle fut simplement appelée Polybel par l’ensemble de la communauté.

Les travaux se sont échelonnés sur trois ans, de 1962 à 1965 et depuis 1999, le pont porte officiellement l'appellation pont Arthur-Branchaud...

Pendant plus de 50 ans, le quartier industriel de Beloeil se trouvait au coin des rues Saint-Joseph et Saint-Jean-Baptiste.

La paroisse Sainte-Maria-Goretti fut créée en 1952. L’école fut construite en 1957 au 330, boul. Cartier à Beloeil.