Share on facebook
Share on twitter
Share on print

Agrile du frêne

L’agrile du frêne est bien présent sur le territoire de la Ville de Beloeil et s’informer sur la problématique constitue la meilleure façon de freiner cette infestation. Le Service de l’urbanisme et la division de l’environnement sont disponibles pour répondre à vos questions.

Origines au Québec

Au Québec, l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) confirmait en 2008 la présence de l’agrile du frêne dans la ville de Carignan en Montérégie et en 2011, dans les villes de Gatineau, Laval et Montréal.

Ailleurs en Montérégie, la présence de l’agrile du frêne a été confirmée par l’ACIA, en 2012 à Longueuil et en 2013 dans les villes de Saint-Lambert, Saint-Bruno-de-Montarville, Mont-Saint-Hilaire et Beloeil. Depuis la découverte des insectes, il est permis de croire que l’agrile du frêne est présent sur l’ensemble du territoire et que tous les frênes sont actuellement susceptibles d’être attaqués.

L’infestation progresse très rapidement, et rien n’indique qu’à court terme sa progression diminuera d’elle-même en intensité. On estime que plusieurs centaines de millions de frênes risquent d’être infestés et de mourir partout en Amérique du Nord au cours des prochaines décennies.

Cycle de vie

  • Juin à août : œufs pondus dans les fissures de l’écorce du tronc et des branches.
  • 7 à 10 jours plus tard : éclosion des larves.
  • Juin à octobre : la larve creuse des galeries en « S » sous l’écorce en se nourrissant de la partie verte (cambium) des branches > 2,5 cm diamètre. L’hivernation se fait sous l’écorce.
  • Avril à juillet : la larve se transforme en nymphe.
  • Juin à août : émergence des adultes.

La larve

La larve de l’agrile du frêne ne ressemble en rien à l’insecte adulte. Son corps est blanc, mesure entre 1 et 30 mm (1/16 à 1 pouce) et est composé de 10 segments en forme de cloche alignés les uns derrière les autres.

Les larves de l’agrile évoluent sous l’écorce des frênes (dans le phloème) où elles creusent des galeries en forme de « S ». Les dommages causés entre le bois et l’écorce des frênes empêchent la circulation de la sève, de l’eau et des minéraux, ce qui peut provoquer la mort des arbres sévèrement affectés en seulement 2 à 5 ans.

La nymphe

La nymphe est le stade intermédiaire entre la larve et l’adulte d’un insecte, lors duquel il entreprend une métamorphose complète. La nymphe de l’agrile du frêne ressemble par sa forme à l’insecte adulte, mais est de couleur crème à brun pâle.

La nymphe de l’agrile du frêne est immobile et se retrouve sous l’écorce des frênes infestés, entre l’automne et le printemps. C’est principalement sous cette forme que l’agrile du frêne passe l’hiver avant de compléter sa transformation en insecte ailé au printemps.

L'agrile adulte

L’agrile du frêne est un coléoptère appartenant à la famille des buprestes. L’insecte adulte est généralement de couleur vert émeraude et d’aspect métallique. Son corps étroit et allongé mesure en moyenne 10 mm de long (± 1/2 pouce) par 3 mm (± 1/8 pouce) de large. Sa tête est ornée de deux gros yeux noirs et de deux petites antennes recourbées. L’insecte adulte est muni d’élytres allongés (des ailes rigides) qui occupent plus du 3/4 de la longueur de son corps.

L’agrile du frêne peut être observé à la cime des arbres et sur le feuillage des frênes les plus exposés au soleil entre la mi-mai et la fin juillet, durant la période d’accouplement. L’agrile se nourrit du feuillage des frênes, mais les dommages causés par l’insecte adulte sont sans incidence réelle sur la santé des arbres.

L’agrile du frêne adulte émerge de l’écorce des frênes en creusant de minuscules trous en forme de « D », observables sur le tronc et les branches des frênes infestés.

Reconnaître le frêne

En Amérique du Nord, l’agrile du frêne s’attaque à toutes les essences de frêne, et ce, peu importe leur état de santé.

Afin de s’assurer que votre arbre est bel et bien un frêne, voici quelques indices pour faciliter l’identification des frênes.

Les frênes sont de grands arbres pouvant atteindre une hauteur de 15 à 20 mètres (45 à 60 pieds) et qui, dans de bonnes conditions, peuvent vivre plus de cent ans. Ils occupent une place importante dans le paysage urbain et rural.

Feuilles

Les feuilles du frêne sont composées et comprennent entre 5 et 11 folioles selon l’espèce. Vous remarquerez qu’aucun bourgeon n’est à la base des folioles mais seulement à la base du pétiole. Attention à ne pas confondre avec l’érable à Giguère qui a 3 à 5 folioles.

Feuille de frêne. Source : © Rob Routledge, Sault College, Bugwood.org

L'écorce

La forme de l’écorce diffère selon les espèces de frênes. L’écorce des frênes d’Amérique et le frêne rouge matures est assez épaisse et formée de crêtes rigides entrecroisées en losanges réguliers. L’écorce des jeunes arbres est plutôt mince et sans crête. Le frêne noir porte une écorce complètement différente des 2 premières espèces de frênes. À maturité, l’écorce des frênes est parfois recouverte partiellement de mousse ou de lichen de couleur orangée ou verdâtre, tout à fait inoffensive pour les arbres.  (CQEEE,2014).

Écorce mature de frêne d’Amérique. © Jean-Bastien Lambert. Cliquez pour agrandir.
Écorce immature de frêne noir. © Rob Routledge, Sault College, Bugwood.org. Cliquez pour agrandir.
Les samares (semences). Source : © Paul Wray, Iowa State University, Bugwood.org. Cliquez pour agrandir.

Signes d'infestation

L’insecte commence à s’attaquer aux arbres le plus souvent à partir de leur cime en descendant vers le bas du tronc. Au début d’une infestation, peu d’indices laissent entrevoir la présence de l’agrile. Lorsque les signes et symptômes sont bien visibles, l’arbre est déjà infesté depuis 2 à 3 ans. Un arbre va périr entre 3 et 7 ans. Le déplacement du bois de chauffage favorise grandement la dispersion de l’insecte.

Principaux signes

  • Jaunissement prématuré du feuillage et présence de morsures, mortalité de branches et éclaircissement de la cime;
  • Présence de gourmands (pousses adventives à des endroits inhabituels (ex. : sur le tronc ou le long des branches);
  • Galeries larvaires en forme de « S » juste sous l’écorce parfois encombrées d’une fine sciure.
    • À une étape plus avancée d’infestation, les nombreuses galeries s’entrecroisent et l’arbre meurt. Dans de telles situations, l’écorce se soulève aisément et tombe parfois par plaque.
  • Attention : n’arrachez jamais l’écorce d’un arbre en bonne santé
  • Fendillement vertical de l’écorce des frênes ce qui peut révéler l’existence de galeries creusées par une larve;
  • Trous de sortie en forme de « D »;
  • Dommages causés par des pics-bois ou la présence inhabituelle de ces oiseaux sur l’écorce des frênes.

Il est parfois difficile d’identifier avec certitude les signes d’infestation d’un arbre par l’agrile dans un frêne à partir du sol et en utilisant que ses yeux. Pour cette raison, il est préférable de confier cette tâche à un expert qualifié tel qu’un ingénieur forestier, un biologiste, un élagueur ou un arboriculteur. Si vous ne connaissez pas déjà un spécialiste des arbres, vous trouverez une liste d’experts à la Société Internationale d’Arboriculture – Québec inc. à l’adresse Internet suivante : siaq.org.

Trous de sortie en forme de « D » majuscule formés par l’émergence des adultes. © Joseph O’Brien, USDA Forest Service, Bugwood.org. Cliquez pour agrandir.
Galerie larvaires : Arbre très fortement infesté par les larves de l’agrile du frêne (© ACIA). Cliquez pour agrandir.
Feuillage grugés. © Jeffrey Hahn. Cliquez pour agrandir.

Solutions et stratégies

Parfaite santé, aucun signe d’éclaircissement

  • Surveiller les arbres
  • Les traiter préventivement (DPH≥20cm)
  • Planter une autre essence

Défoliation de la cime de 10% à 20%

  • Traiter le frêne rapidement (DPH≥20cm)
  • Planter une autre essence

Défoliation de 30% et plus de la cime

  • Gourmands
  • Dépérissement
  • Trous en «D»
  • Galerie en «S» à l’écorçage

Solutions

  • Abattre le frêne (entre le 15 septembre et le 15 avril) avec permis de la Ville si l’arbre est devant la maison
  • Disposer adéquatement des résidus
  • Déclarer le frêne malade au Service de l’urbanisme
  • Planter une autre essence

Traitement aux biopesticides

La Ville de Beloeil planifie de traiter au biopesticide systémique TreeAzinMD certains des frênes des terrains publics. Le traitement au TreeAzinMD offre une protection efficace contre l’agrile du frêne pendant deux ans, sans avoir d’impact négatif sur la faune et flore environnantes. Le frêne doit être sain ou affecté à moins de 20 % de défoliation pour assurer l’efficacité du traitement. De plus, le diamètre à la hauteur de la poitrine (DHP) devrait être supérieur à 10 centimètres. La période de traitement optimale est du 15 juin au 31 août.

Notez que depuis le 29 mai 2015, la Ville de Beloeil s’est dotée d’un règlement municipal contre la propagation de l’agrile du frêne sur son territoire. Les frênes défoliés à plus de 30% ou démontrant tous autres signes d’infestation majeure devront être abattus aux frais de leur propriétaire entre le 1er octobre et le 15 mars. Nous vous recommandons de communiquer avec la Direction de l’urbanisme pour plus d’information et obtenir votre permis d’abattage (sans frais pour les frênes).

Actuellement, seul l’usage d’un pesticide homologué par l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) permet de protéger rapidement les frênes de l’agrile. Dans sa stratégie de ralentissement de l’agrile du frêne, la Ville de Montréal, qui a probablement le plus large programme de traitement au Québec, a opté pour le recours à l’insecticide par injection TreeAzinMD, dont l’efficacité a été démontrée scientifiquement.

Règlementation

L’agence canadienne d’inspection des aliments

En raison des dommages que l’agrile du frêne pourrait causer et en vertu de la Loi sur la protection des végétaux, l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a la responsabilité d’empêcher l’introduction ou la propagation de l’insecte au Canada.

Pour ces raisons, des mesures de contrôle sévères sont imposées aux régions touchées afin de ralentir la progression de l’infestation. Parmi les mesures les plus sévères imposées par le Gouvernement canadien, notons entre autres l’interdiction de transporter du matériel à risque à l’extérieur des zones déclarées infestées par l’agrile du frêne ou susceptibles de l’être (ex. : bois de chauffage, troncs et branches d’arbres, résidus de frêne, etc.).

La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM)

Le comité exécutif de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) adoptait, le 18 septembre 2014, une stratégie métropolitaine afin d’assurer une coordination et un meilleur contrôle de cette espèce exotique envahissante.

La Ville de Beloeil

Dans le cadre de l’initiative de la CMM, et par souci de prévention du couvert végétal de la région, la Ville de Beloeil s’est dotée d’un plan d’action pour contrer la propagation de l’agrile du frêne. Ce plan d’action, adopté au printemps 2015, a permis, entre autres, la mise en place du Règlement 1714-00-2015 relatif à la lutte contre la propagation de l’agrile du frêne sur l’ensemble du territoire de la ville de Beloeil, suivi de son amendement en 2016.

Ce règlement donne le pouvoir à la Ville d’obliger l’abattage des frênes démontrant des signes d’infestation importants. En conséquence, les citoyens de Beloeil seront dans l’obligation de faire abattre leurs frênes lorsque la cime est défoliée à 30 % et plus et démontrent les signes et symptômes d’infestation comme la présence de gourmands, de trou de sortie de l’agrile dans le tronc, etc.

Veuillez communiquer avec le Service de l’urbanisme pour faire la demande de permis d’abattage. Le permis est gratuit pour les frênes.

Aide financière

Afin d’aider ses citoyens propriétaires de frênes malades, la Ville de Beloeil a créé divers programmes d’aide financière. Les citoyens qui devaient faire abattre leur frêne peuvent recevoir une remise en argent pour l’abattage et la replantation d’un arbre d’une autre essence. Cliquez ici pour plus de détails sur les différents programmes.