Share on facebook
Share on twitter
Share on print

Information en environnement

Parce que tous les citoyens et citoyennes ont droit à une vie saine et productive en harmonie avec la nature, la Ville de Beloeil a mis en place le comité  consultatif en développement durable de Beloeil et le comité d’embellissement. Afin d’outiller la population afin d’améliorer leur qualité de vie, la Ville a aussi constitué une banque d’information pour faire des choix judicieux en environnement et trouver des solutions aux problèmes écologiques sur le territoire.

Naviguer dans la page

Écopelouse

Une écopelouse est constituée de graminées, de plantes sauvages et de légumineuse. La diversité d’une pelouse est efficace contre les ravageurs et les maladies. Contrairement à une pelouse non diversifiée, elle nécessite peu de temps, elle est moins coûteuse, aucun pesticide n’est nécessaire, ne nécessite aucune utilisation d’eau potable et peu d’énergie de votre part.

Écopelouse

Étape 1 : Ensemencer

Semez un mélange de graminées au printemps ou à l’automne, ainsi que du trèfle

Étape 2 : Aération

Au début du printemps ou à la fin de l’été, lorsque le sol est frais, l’aération se fait grâce à une carotteuse qui va faciliter le développement des racines, le drainage et augmenter l’activité des microorganismes dans le sol.  Par la suite, avec du compost, vous devez terreauter la pelouse.

Aération d'une pelouse

Étape 3 : Tonte

Tondre le gazon lorsqu’il atteint un minimum de 3 pouces de hauteur, va permettre à la pelouse de maintenir son humidité sans l’arrosage et aussi créer une barrière contre les insectes ravageurs et les mauvaises herbes. L’affûtation des lames de la tondeuse permet un meilleur résultat et un gazon en meilleure santé.

Étape 5 : Herbicyclage et feuillicyclage

Pour améliorer la santé et la fertilité du sol, ne jetez plus les rognures de gazon avec les ordures ménagères. Laissez-les se décomposer directement sur le sol après la tonte, et rejoignez plusieurs objectifs de réduction de déchets à la source :

  • vous diminuez l’utilisation d’eau potable pour l’arrosage ;
  • vous utilisez un fertilisant naturel efficace (vos résidus de gazon) ;
  • vous contribuez à la diminution de CO2 en éliminant des transports de matières résiduelles vers les sites d’enfouissement ;

vous contribuez à réduire la production de biogaz et de lixiviat dans le site d’enfouissement.

Vers blancs

Les gros vers blancs que l’on retrouve le plus souvent sont en fait des larves du hanneton commun, communément appelé le barbeau. Ces ravageurs mangent les racines des graminées du gazon au printemps et complète son cycle de vie sur une période de un an (voir le graphique ci-dessous). La présence de quelques vers blancs dans une pelouse est parfaitement normale et naturelle. Une pelouse en santé n’a aucun problème à survivre à leur présence. Seul un nombre élevé de vers blancs dans le sol (10 par pied carré) peut être nuisible pour une pelouse, particulièrement si celle-ci est mal entretenue et peu diversifiée.

Cycle de vie du hanneton

Durant le mois de mars à mai, cachés sous la surface du sol, les vers blancs se nourrissent des racines de gazon tandis que les moufettes, ratons laveurs et oiseaux labourent la pelouse pour les trouver et s’en nourrir.

À la fin du mois de mai, les vers blancs s’enfoncent dans le sol et arrêtent de manger les racines du gazon. Il est donc inutile d’appliquer un traitement pesticide coûteux et peu efficace à ce stade-ci.

À la fin du mois de juin, c’est la période de vol nuptial et de reproduction et le mois juillet, c’est la période de ponte de la nouvelle génération de vers blancs. Les adultes s’activent généralement en soirée à partir de 20h30, il faut alors éviter d’allumer les lumières le soir pour ne pas les attirer sur votre terrain. Deux ou trois semaines après la ponte, les œufs éclosent et les larves commencent à se nourrir des racines de la pelouse.

En août et septembre, la larve développée en ver blanc se nourrit des racines du gazon, ce qu’il fera jusqu’à la fin octobre avant de s’enfouir profondément dans le sol pour l’hiver.

Solutions

Pratiquer l’herbicyclage et diversifier votre pelouse

Maintenir la pelouse dense et vigoureuse en gardant une hauteur de tonte à 8 cm et laisser les rognures de gazon coupé sur place. Le gazon long et les résidus de coupe agit comme une barrière physique empêchant le hanneton de pondre dans le sol. Fertiliser avec un engrais naturel faible en azote.

Planter une variété d’espèces végétales autres que des herbacés (gazon). En réduisant la concentration d’herbacé, on diminue la nourriture du hanneton et sa population va alors diminuer. Les oiseaux vont se charger du reste.

Lutte biologique

Pour contrôler de façon durable les vers blancs et les vers gris dans les pelouses, plates-bandes et jardins potagers avec la lutte biologique grâce aux nématodes, des micro-organismes détruisant les larves. L’Heterorhabditis bacteriophora et le Steinernema carpocapsae sont les deux souches de nématodes pour contrer les infestations moyennes des larves de hanneton commun. Son application est facile, pratique et approuvée par l’agriculture biologique par Ecocert Canada mais le plus important, c’est qu’ils attaquent les larves responsables de la détérioration du gazon au printemps.

L’action très ciblée de cette lutte biologique réduit les risques pour la santé humaine. Il ne représente aucun risque de bioaccumulation dans l’environnement.

Une autre solution est de planter une variété d’espèces végétales autres que des herbacés (gazon). En réduisant la concentration d’herbacé, on diminue la nourriture du hanneton et sa population va alors diminuer. Les oiseaux vont se charger du reste.

Biopesticide maison

Les insecticides à faible impact et une solution écologique permettent de protéger contre les infestations d’insectes ravageurs, tout en générant un impact moindre sur les écosystèmes et la santé humaine que les insecticides conventionnels.

Ingrédients pour le mélange insecticide maison contre les vers blancs :

  • 250 ml d’insecticide Safer’s End All
  • 250 ml de vinaigre blanc de table
  • 250 ml de savon Sunlight au citron
  • 9 litres d’eau

L’insecticide End All est en vente dans tous les magasins où ils vendent des produits insecticides (Canadien Tire, Home Dépôt, Rona l’entrepôt, Réno Dépôt, Walmart, Botanix, etc). ce produit est vendu dans un contenant facilement repérable par sa couleur jaune.

Brassez légèrement le mélange sans faire de mousse. Le soir venu, appliquez une couche généreuse du mélange sur l’ensemble de votre pelouse avec un applicateur à insecticide. Le mélange doit rentrer dans la terre, alors appliquez juste avant une pluie ou arrosez après l’application. N’appliquez pas avant un gros orage et ne détrempez pas la pelouse. Cela diluerait trop le mélange, qui perdrait ainsi de son efficacité.

Comme pour les autres insecticides contre les vers blancs, le moment idéal pour l’application est 2 semaines après la ponte des œufs. C’est à ce moment que les larves sont les plus vulnérables.

Plantes envahissantes

Originaire de l’Amérique du Nord, cette herbacé annuelle possède une tige pubescente pouvant atteindre jusqu’à 30 à 200 cm, surmonté de feuilles vert-grisâtre de 5 à 10 cm.

Cliquez pour agrandir (Source: Ville de Montréal)

 

Impact sur la santé​

Pendant le mois de juillet, la plante possède de petites fleurs vertes ou jaunâtres  en forme d’épi au sommet des tiges. C’est à la fin du mois de juillet et au début d’août , des millions de grains de pollen s’envole dans un rayon de 1 km, responsable du rhume des foins. Elle est donc sans danger au toucher contrairement à l’herbe à la puce.

Quoi faire?

Il est important d’arracher l’herbe à poux avant la floraison afin d’éviter que le pollen se propage dans l’air.  Semer de l’herbe ou d’autre plantes vivaces étant donné que l’herbe à poux supporte mal la compétition ou bien recouvrir le sol par des matériaux qui empêcherait sa croissance comme de la pierre et du  paillis. Vous pouvez aussi tondre les plants d’herbe à poux afin d’empêcher le stade de floraison.

Les feuilles se composent de trois folioles qui ont généralement une forme ovale avec un sommet terminé en pointe, (8 à 55 mm)

 La floraison se produit au mois de juin et de juillet, produisant des fleurs de couleur blanc-crème et verdâtre en forme de grappe. La production de fruits blancs et ronds se fait vers la fin du mois de d’août et de début septembre.  À l’automne les feuilles sont orangées, jaunes bruns et rouges.

Herbe à puce grimpante (Source: Espace pour la vie)
Herbe à puce buissonnante (Source: Espace pour la vie)

Les dangers

Cette plante possède une huile appelé urushiol qui même avec un contact minime, que ce soit direct, indirect ou par inhalation, peut causer une inflammation sur la peau provoquant brulure, cloques, démangeaison, rougeurs, enflure fièvre et/ou maux de tête. Les symptômes diffèrent selon l’individu et ils se font sentir dans un délai de 24 à 48 heures. S’il y a contact, l’eau ne suffit pas, il faut brosser vigoureusement avec de l’eau et du savon de castille et laver les vêtements et les objets contaminés plusieurs fois à l’eau chaude savonneuse. Afin de calmer les démangeaisons, appliquer des compresses d’eau fraîche ou des compresses imbibées d’une solution de bicarbonate de soude.

Comment l’éradiquer?

Il est important de porter des gants, un chandail à manche longue et des pantalons longs lorsque vous aller manipuler la plante. Déraciner celle-ci et  enlever toutes les racines visibles. Vous pouvez aussi utiliser une pelle afin d’éviter le contact avec la plante.

Vous pouvez étouffer la plante avec une pellicule épaisse sur un diamètre de 4 mètres autour de la plante,  pendant au moins 1 an

En plus d’être dangereuse pour la santé humaine, la berce du Caucase est une espèce exotique envahissante qui nuit à la biodiversité. Elle peut atteindre une hauteur de 1,5 à 4 mètres. Ces fleurs blanches sont en forme d’ombelles et poussent sur une seule tige de la plante.

Cliquez pour agrandir (Source: Espace pour la vie)

Les dangers

La sève de cette plante contient des toxines nommées photosensibilisantes rendant la peau extrêmement sensible aux rayons du soleil. Des lésions ressemblant à des brûlures sur la peau apparaissent et après la guérison, des taches brunes persistent sur la peau pendant plusieurs mois.

Quoi faire?

Si vous voyez la Berce du Caucase sur un terrain public, avertissez la Ville de Beloeil et n’y touchez surtout pas.

Si elle se retrouve sur un terrain privé, vous devez porter un chandail à manche longue, des pantalons longs et des gants. Pour plus de précautions, utiliser une pelle pour couper les racines et répéter tous les 2 semaines

Après avoir éliminé la plante vous pouvez recouvrir le secteur atteint de la Berce avec une toile géotextile afin d’empêcher la repousse

Vous pouvez aussi replanter des plantes qui poussent rapidement dans le secteur atteint afin d’empêcher la repousse

Pour détruire les ombelles, vous pouvez les mettre dans un sac de plastique et les laisser sécher au soleil

Après manipulation, enlevez vos vêtements en les retournant à l’envers afin d’éviter tout contact avec la surface de la peau et tout autre objet.

Lavez les vêtements, les outils utilisés, votre visage et vos mains avec de l’eau et du savon.

Originaire de l’Asie orientale, cette herbacé vivace est introduite en 1900 au Canada. Les feuilles sont placées en alternance sur les tiges qui forment des zigzags. Des fleurs blanches apparaissent lors de la floraison qui se produit en septembre-octobre. Elle peut atteindre facilement 3 mètre de hauteur et elle prend rapidement de l’expansion, appauvrit la biodiversité et perturbe donc l’écosystème. Elle croit plus rapidement que la majorité des végétaux, devient donc très envahissante. Elle peut atteindre facilement 3 mètre de hauteur qui créer trop d’ombrage pour les autres espèces. Cette plante libère, par ses racines, des toxines ralentissant la croissance des autres végétaux. Les racines de la renouée du Japon sont robustes et elles peuvent s’infiltrer à travers le béton, brisant les fondations des maisons ou le pavage des entrées.

Cliquez pour agrandir

Quoi faire?

Il est important de couper la tige au niveau du sol à plusieurs reprises afin d’épuiser ses réserves ou faire de l’arrachage manuel (au moins quatre fois par année)

Les arbres

Politique de l'arbre

La Politique de l’arbre vise à appuyer l’ensemble des citoyens, organisations, parties prenantes, employés et élus municipaux de la Ville de Beloeil dans leurs démarches en faveur de la place de l’arbre en ville et ses différentes fonctions.

La Ville de Beloeil détient le taux de couverture végétale le plus bas en Montérégie soit 4%. C’est pourquoi la municipalité a tenu à dresser le constat de la situation sur le territoire et présenter les défis posés à l’arbre ainsi que les défis propres à la collectivité, en soulignant les services que l’arbre peut offrir à cette dernière.

La politique va au-delà d’une vision esthétique associée à la présence végétale en ville, elle appuie les différentes fonctions essentielles des arbres :

  • Fonction environnementale
  • Fonction économique
  • Fonction sociale et culturelle
  • Fonction santé et bien-être

Voici les quatre principaux éléments guidant les décisions concernant les arbres :

  1. L’information, la clé d’une gestion intégrée de l’arbre urbain
  2. Aménager à long terme
  3. Planter économiquement et intelligemment
  4. Diversifier les plantations

De plus, la Ville de Beloeil a adopté, dans son plan stratégique 2018-2028, diverses mesures environnementales afin de bonifier, entre autres, le couvert végétal du territoire. Ainsi, l’objectif est d’accroître de 35 % d’ici 10 ans l’indice de canopée dans les espaces publics(chaque arbre coupé sera remplacé par deux). Vous trouverez ci-dessous différentes informations liées à cet objectif.

 

Règlement sur l'abattage

Pour améliorer la couverture végétale et offir une meilleure qualité de vie à ses citoyens, la Ville de Beloeil réglemente l’abattage des arbres. Pour consulter le règlement: https://beloeil.ca/ville/urbanisme-et-permis/reglementation-durbanisme/abattage-dun-arbre-reglementation-en-bref

Tout abattage d’arbre situé en cour avant d’un bâtiment est strictement interdit et doit faire l’objet d’une demande de certificat d’autorisation avant son abattage.

Des frais de 30 $ sont exigés lors de la demande (tarification 2018), sauf lorsqu’il s’agit uniquement de frêne (sans frais).

Pour plus de renseignements, consultez la section https://beloeil.ca/ville/urbanisme-et-permis/permis-et-certificats/travaux-requerants-un-permis-municipal/permis-dabattage-darbre ou communiquez avec le Service de l’urbanisme au 450-467-2835 poste 2894 ou au [email protected] ou présentez-vous au 996, rue Dupré.

L'eau

Arrosage extérieur

 

Afin d’éviter une diminution trop importante du niveau d’eau à la Régie intermunicipale de l’eau de la Vallée-du-Richelieu (RIEVR) lors des périodes de chaleur et de sécheresse, la Ville de Belœil a instauré une réglementation sur l’arrosage.

Arrosage à horaire déterminé

L’arrosage des terrains est permis du 1er mai au 30 septembre de chaque année, selon des horaires prédéterminés.

  • Adresses civiques paires : mardi et jeudi
  • Adresses civiques impaires : mercredi et vendredi

Une limitation est aussi imposée selon le type d’arrosage.

  • Il est permis d’activer un système d’arrosage fixe (gicleurs) entre 2 h et 4 h.
  • Il est permis d’activer un système amovible (par exemple un arroseur oscillant) ou des tuyaux poreux entre 20 h et 22 h.

Arrosage sans horaire

Il est permis d’arroser un jardin, un arbre nouvellement planté, une parcelle de gazon ou de laver sa voiture en tout temps, à condition que le boyau d’arrosage soit muni d’un pistolet qui ne permet pas de laisser couler l’eau en continu.

Nouvelle pelouse et nouvel aménagement paysager

Notez qu’il est possible de demander une exemption à ces horaires suite à la pose de tourbe, à la semence de gazon ou après des travaux d’aménagement paysager.

Présentez-vous à la Direction de l’urbanisme, au 996 rue Dupré et demandez un permis d’arrosage.

Ce permis est gratuit et donne droit, pendant 15 jours, d’arroser tous les soirs entre 20 h et 22 h.

Soyons responsables dans notre consommation d’eau potable.